Activité 4 : Mon Dieu seigneur! La religion au Québec au 19 e siècle

Télecharger la version PDF du plan de leçon [PDF 259.46 Ko]
Pour ouvrir un fichier PDF, vous pouvez télélcharger Adobe Acrobat Reader ici.

Le projet :

Découvrez des œuvres du 19e siècle présentant des figures du diable avant de créer un personnage qui s’en inspire par le biais d’un projet de dessin et de collage.

Le contexte :

Certaines religions ont personnifié les notions du bien et du mal à travers des personnages mythiques ou symboliques. La religion catholique est l’une de celles-là, notamment à la fin du 19e siècle, alors que le clergé a la mainmise sur à peu près tous les domaines de la vie : éducation, santé, natalité, fêtes, etc. La présence du diable dans les sermons, les œuvres d’art et même dans les légendes québécoises le démontre bien. Le cinéma a aussi par la suite grandement contribué à façonner notre image des méchants en multipliant ses représentations de personnages, tous plus menaçants les uns que les autres. À votre tour de créer un personnage diablement redoutable!

Public cible :

Jeunes du 1er cycle du secondaire (7e et 8e années)

Disciplines visées :

langue d’enseignement (français/anglais), éthique et culture religieuse, univers social (histoire), arts plastiques

Matériel requis :

  • Un ordinateur avec un branchement Internet
  • Un accès au site (adresse de l’exposition virtuelle)
  • Du papier ou des revues dans lesquelles on peut découper
  • Ciseaux, colle, papier grand format

Mise en situation :

Les églises catholiques regorgent d’œuvres qui représentent différents éléments de cette religion. Interrogez les élèves : Ont-ils déjà vu de ces œuvres (à l’église ou dans un musée)? De quels types étaient-elles : peinture, sculpture, pièces d’orfèvrerie? Représentaient-elles des personnages?

Si les religions juive et musulmane, par exemple, n’utilisent pas de représentations divines dans leurs lieux de culte, la religion catholique, elle, les utilise abondamment, entre autres pour personnifier le bien et le mal. Les jeunes ont-ils déjà vu des représentations du bien (des anges par exemple) ou du mal (le diable par exemple)? Quelles formes prenait le diable dans ce qu’ils ont vu? Quels indices visuels pouvaient nous faire savoir qu’il s’agissait d’une incarnation du mal?

Au 19e siècle, la religion catholique est puissante au Québec. Les religieux enseignent dans les écoles, s’occupent des hôpitaux; les curés de paroisse encadrent leurs fidèles et veillent à ce qu’ils respectent les valeurs et les rituels de la religion et qu’ils viennent à la messe le dimanche. Les fêtes ont un caractère religieux, même la fête nationale, la Saint-Jean-Baptiste. Cette omniprésence de la religion dans la société se traduit notamment dans les créations en arts plastiques, en littérature, en musique. Le personnage du diable, par exemple, celui qui représente le mal – l’éloignement des valeurs religieuses, le péché –, s’y retrouve. Quelles formes prend-il alors? Et quelles formes pourrait-il prendre aujourd’hui?

Réalisation : Création inspirée de la symbolique du mal : Un monstre

DÉROULEMENT :

 Lire ou regarder des contes ou légendes du Québec où figure le diable, particulièrement ceux dont des écrivains du 19e siècle ont écrit une version :

  •   La chasse-galerie (Honoré Beaugrand, 1900)
  •   Le Diable beau danseur (Philippe-Aubert de Gaspé fils)
  •   Le diable des Forges (Louis Fréchette)

Faire une recherche dans l’exposition Découvrir l’art québécois et canadien. Regrouper et observer les œuvres religieuses du 19e siècle ou réalisées par des artistes nés au 19e siècle : Quels sont les personnages représentés? Y a-t-il des personnages menaçants?

Parmi ces œuvres, observer particulièrement les sculptures d’Alfred Laliberté. Déceler les détails qui permettent d’identifier le diable.

Discuter des personnages légendaires monstrueux ou menaçants. Qu’est-ce qui fait qu’un personnage a l’air menaçant? Vous aider de références cinématographiques bien connues des jeunes (Harry Potter, Les contes de Narnia, Twilight, etc.)

Découper, dans des revues ou des journaux, des objets, des détails (œil, main, etc.) ou des formes qui pourraient constituer les parties d’un monstre. Identifier ce qui est laid, horrible et menaçant (les araignées, par exemple) dans l’imaginaire personnel des élèves et prévoir les inclure dans les personnages qu’ils créeront (les araignées deviendront des cheveux, par exemple).

Dessiner à la mine les traits principaux du monstre en incluant des détails en collage. Ne pas avoir peur d’exagérer certaines parties afin de créer le personnage le plus repoussant possible. Repasser au crayon feutre et effacer les lignes à la mine. Ajouter au besoin de la couleur à la gouache ou au feutre.

Présenter les monstres en classe.

Ressources:

Exposition virtuelle Découvrir l’art québécois et canadien

Contes et légendes québécoises sur des sites extérieurs :

Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) :

Objectifs d'apprentissage:

Cette activité multidisciplinaire invite les jeunes à percevoir des expressions du religieux dans la société, particulièrement dans les œuvres visuelles et littéraires, et à utiliser leur imagination pour créer une représentation stylisée d’un être surnaturel. Elle allie des notions d’éthique et culture religieuse et d’arts plastiques.

Langue d’enseignement (français/anglais), éthique et culture religieuse, univers social (histoire) :

  • Analyser des œuvres d’art du Québec et d’ailleurs : littérature, arts plastiques et cinéma
  • Explorer l’héritage culturel et religieux québécois d’une époque, soit le 19e siècle
  • Reconnaître les manifestations du phénomène religieux d’ici comme éléments d’organisation sociale

Arts plastiques :

  • Apprécier des œuvres d’art du patrimoine artistique : œuvres du 19e siècle
  • Identifier les éléments caractéristiques d’un stéréotype (être mythique et surnaturel) dans des œuvres d’art
  • Exploiter des idées de création inspirées d’œuvres d’artistes
  • Créer une image personnelle d’un stéréotype (être mythique et surnaturel)
  • Utiliser différents matériaux pour créer une œuvre d’art : mine, feutre, gouache, collage
  • Rendre compte de son expérience de création