Introduction

À partir des années 1960, la scène artistique québécoise et canadienne éclate en une multitude de nouvelles idées et pratiques.  Pendant que certains artistes développent une peinture abstraite, d’autres remettent en question les langages traditionnels de l’art et expérimentent autre chose : art conceptuel, performance, œuvres transdisciplinaires, etc.  Les frontières entre l’art populaire et l’art institutionnel se brouillent.

Puis graduellement, à partir des années 1980, un retour vers la figuration s’effectue et les disciplines traditionnelles telles que peinture et la sculpture regagnent leur place. Les artistes exploitent les nouveaux outils des technologies numériques qui multiplient les possibilités.  Au cœur des préoccupations se retrouvent les enjeux de l’identité, les questionnements autour du quotidien, ceux de la conscience,  de la mémoire, de l’ordre naturel ou du chaos social et enfin du pouvoir et des limites de l’art.