Portrait de l'artiste en noir et blanc.
Joseph Légaré, vers 1855. Photo J. E. Livernois, Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
Lieu et date de naissance : 
Québec, 1795
Lieu et date de décès : 
Québec, 1855

Bien qu’il ait exécuté des portraits, des scènes de genre, des natures mortes et des tableaux d’histoire, Joseph Légaré sera toutefois reconnu comme le premier artiste canadien à s’être intéressé à la représentation du paysage. Novateur dans ce domaine, on remarque chez lui l’héritage des peintres topographes anglais : goût pour les éléments naturels et, de manière générale, pour les vues pittoresques.

C’est en 1812, après des études au Petit Séminaire de Québec où il obtient des résultats médiocres, que Légaré devient apprenti chez Moses Pierce, peintre et vitrier, pour être à son tour promu maître peintre en 1817. Au début de sa carrière, Légaré accepte de nombreux contrats pour des copies de toiles ou de gravures religieuses européennes, ce qui lui permet de peaufiner ses techniques picturales.

Grand collectionneur d’œuvres d’art, il tient pendant deux ans une galerie d’art dans sa résidence. Il participe également à l’établissement de la Galerie de peintures Quebec Gallery of Paintings de Québec où, en plus des cours de dessin et de peinture, se donneront des concerts.

Parallèlement à son activité dans le milieu artistique, Légaré fut aussi très engagé dans la vie socio-politique de son époque, entre autres au conseil municipal et au Bureau de santé de Québec ainsi que dans le milieu de la justice.

Grâce à son indépendance financière, Légaré parvint à produire une œuvre marquée par la variété et l’audace, souvent en avance sur le goût de l’époque.